Le parc

Tigre blanc en train de prendre un bain dans son bassin.

Le Domaine des Fauves​

Guépard passant vers la droite devant un 4x4 fait de bois, sa carrosserie est de couleur verte foncée.

Historique

Portrait d'un marguay. Sa fourrure est marquée de plusieurs rangées de tâches sombres. La tête, le cou et la gorge portent des lignes noires.

Conservation

Le Domaine des Fauves

Le zoo au plus près des prédateurs​

Un parc zoologique, à dimension familiale, présentant la plus grande collection de prédateurs à poils et à plumes de la région Auvergne Rhône-Alpes .

Le Domaine des Fauves est situé à 45 min de Lyon, 50 min de Grenoble et 30 min de Chambéry.

Le parc vous permet de faire un tour du monde en quelques heures et sur quelques hectares !

Le zoo présente des animaux fascinants comme les lions, les tigres blancs, les jaguars, les loups, les guépards… et aussi des animaux peu ou mal connus parfois menacés. C’est l’occasion de mieux connaître le monde animal pour mieux le protéger !

Chacun d’entre nous est acteur de la protection de la nature, agissons ensemble pour la biodiversité !

Nous remercions Arno Bert et Nicolas Michaud pour la réalisation de cette vidéo.

50 ans...et après

En 2018, le parc a eu 50 ans

C’est avec le passé, que le présent construit l’avenir …

Cela fait 50 ans qu’une petite équipe très motivée a décidé de s’installer dans ce petit bourg de Fitilieu, afin de présenter des félins au Public. Avec les moyens sommaires de l’époque, les intentions étaient pourtant celles d’aujourd’hui : Faire connaître, comprendre et préserver ces espèces animales souvent menacées dans le monde entier.

Il en a fallu, du temps, du courage et de la persévérance pour construire et façonner ce parc zoologique à dimension familiale, qui présente les plus grands fauves de la planète.

50 ans après, Le Domaine des Fauves accueille plus de 70 000 visiteurs par an, et change de dimension… Sa volonté est toujours la même : préserver et sauvegarder, grâce à la connaissance !

Le Parc vous propose des Nouveautés fabuleuses !

Ces créations et innovations seront inscrites dans une démarche encore plus participative et interactive, pour assurer toujours mieux notre rôle éducatif, et enfin affirmer ce que NOUS  sommes : Des défenseurs des animaux !

Le Domaine des Fauves est un établissement privé, et c’est exclusivement grâce au Public, qu’il fonctionne, et que des aménagements novateurs et originaux sont mis en place chaque année.

MERCI à VOUS !

Toutes les informations seront diffusées sur le site Web dans la rubrique « Le Parc », sur notre page FB (accès facebook) et évidemment à l’entrée du Parc.

Historique

50 ans de récit

1968

Un petit jardin zoologique naît à l’endroit même où se trouve le Domaine des Fauves. Il se nomme alors «le Zoo des Abrets» et a déjà l’ambition de présenter, de manière généraliste, plus d’une centaine d’animaux au public régional. C’est grâce à la volonté et à la ténacité d’une poignée de personnes que le site voit le jour.

1976

Moins de 10 ans après sa création, en 1976, l’établissement connaît des difficultés financières majeures, mais il est racheté par Lucien Corporon. Ce dernier redonnera un élan à l’établissement en accueillant notamment des ours et des chimpanzés, et en dirigeant efficacement le zoo en compagnie de sa femme, durant deux décennies.

1986

Le site prend l’identité de «Parc Zoologique des Bruniaux», et s’étend sur 22 000 m2. La collection animale, se constitue alors de 32 espèces de mammifères et 24 espèces d’oiseaux, avec une majorité de fauves et de canidés. Mais il faut noter également la présence de chimpanzés, dont la reproduction est alors considérée comme une spécialité des époux Corporon. Des ours bruns et des ours à collier sont également présentés dans deux petites fosses situées prés de l’entrée. Environ 30 000 visiteurs sont accueillis chaque année à cette époque.
carte postale Ancienne appellation : « Parc zoologique des Bruniaux ».
Ancienne appellation : « Parc zoologique des Bruniaux »

1996

Marc Muguet est finalement engagé comme gérant de l’établissement tandis que Monsieur Corporon reste propriétaire des lieux. La collection grandit peu à peu pour atteindre approximativement 250 animaux présentés sur trois hectares.

1999

Lucien Corporon cèdera son établissement à Marc Muguet. Ce dernier développe alors, accompagné de son épouse, toute une politique de remise aux normes des conditions de captivité des animaux. Rapidement, il place les quatre derniers chimpanzés dans d’autres parcs zoologiques et entame des travaux.

Marc Muguet a travaillé initialement au Zoo d’Amiens (France) et s’y est investi dans la reproduction de serpents. Il a été ensuite embauché par l’Espace Zoologique de St-Martin la plaine (France). Le directeur de ce dernier, Pierre Thivillon, l’a d’ailleurs parrainé lors de sa reprise du Zoo des Abrets, qui devient alors : Le Domaine des Fauves !

Marc souhaitant s’investir plus particulièrement dans la présentation de ces animaux, réaménage, étape par étape le parc … Effectuant des rénovations conséquentes : de nouvelles installations sont construites, le site est végétalisé, les allées et les enclos sont agrémentés de décors : rochers … etc.

Le Domaine des Fauves prend alors contact avec des coordinateurs de programmes européens d’élevage et plusieurs autres parcs français, afin d’accueillir de nouvelles espèces et de nombreux projets se mettent en place.

2001

La rénovation de la singerie fut le premier gros chantier, puis les aras qui obtinrent de nouvelles volières.

2002

L’année fut consacrée à la construction de l’enclos des marabouts, la restructuration de l’entrée du zoo, la création d’un enclos pour ratons laveurs, d’un autre pour les servals et de quelques volières.
Depuis, chaque année est marquée par la réalisation de nouveaux enclos, de nouvelles volières, le déménagement de certaines des espèces et l’arrivée de nouveaux animaux.

Ancienne entrée du zoo.
Entrée du zoo après restructuration

2003

On note l’arrivée d’un couple de Capybaras et de caracals et le déménagement des pumas et des loups du Canada dans deux nouveaux enclos. Marc Muguet acheta également à cette période un terrain mitoyen au zoo dans l’optique d’y effectuer de nouvelles constructions.

2005

Quatre loups d’Europe furent accueillis et présentés dans une des anciennes fosses aux ours, dans l’attente de la construction de leur nouvel enclos.

Celui-ci, pour lequel était prévu une superficie de 1000 m² sur le terrain acquis en 2003, fut érigé tout au long de l’année 2005, en fonction du temps et des moyens disponibles.

L’ancien enclos des loups du Canada avait, quant à lui, pu être complètement restructuré peu de temps auparavant. En 2005 : un couple de lycaons fut aussi accueilli, et l’arrivée de suricates, installés dans un nouvel enclos accolé au bâtiment des lions, est à noter.

2006

Les loups d’Europe, arrivés un an plus tôt, découvrirent enfin leur tout nouvel enclos. Le nouvel enclos pour les lynx de Sibérie fut également clôturé au cours de l’été. Des hyènes tachetées et une hyène brune, espèce peu courante en captivité, qui furent également accueillies au parc.

2008

L’année fut marquée par un nouveau développement avec l’arrivée de quatre espèces de rapaces nocturnes, dont un couple de Chouettes Leptogrammes.

En une dizaine d’années, Marc Muguet et son équipe ont réellement transformé ce petit parc zoologique de province en zoo thématique!

Le parc est devenu très agréable à visiter, les allées sont propres, végétalisées et entretenues.

De nombreux nouveaux enclos ont été érigés, la plupart de taille raisonnable et bien conçus, et il reste très peu d’ anciennes structures. La collection animale s’est aussi superbement étoffée avec de nombreuses espèces de petits félins, de canidés, mais aussi de rapaces nocturnes et diurnes, dont plusieurs espèces de vautours. Depuis quelques années, plusieurs espèces en EEP et en ESB ont également été accueillies dont des Jaguarondis (arrivés en 2008), des Chats des sables et des Chats viverrins (arrivés en 2010), des Manuls, des Otocyons et des Hyènes rayés (tous arrivés en 2011).

Des succès de reproduction, à la fois de petits félins, mais aussi de rapaces, sont maintenant réguliers aux Abrets.

Transformation des deux anciennes fosses à ours en enclos pour les jaguars.
Transformation des deux anciennes fosses à ours en enclos pour les jaguars.

2012

L’année aura été une année riche en travaux avec la construction d’un nouvel enclos pour accueillir un couple de tigres blancs, la réhabilitation de l’ancien enclos de la panthère en espace pour les coatis, la construction d’une volière sud-américaine qui abritera notamment deux couples d’Urubus à tête jaune, la construction d’une volière pour les corbeaux pie, la construction d’un nouvel enclos pour les chats pêcheurs et le début des travaux d’un nouvel enclos pour les caracals.

2013

Les travaux se poursuivent avec: la création de nouvelles volières destinées à de petits rapaces nocturnes, la démolition des deux anciennes fosses à ours et la rénovation d’installations pour le public.

2014

C’est la création d’un snack, afin de satisfaire au mieux les visiteurs et la construction d’un enclos qui accueillera une magnifique Panthère nébuleuse.

2015

De nouvelles espèces sont arrivées au parc ! Deux jaguars, deux loups arctiques et 3 suricates élisent domicile dans leurs nouveaux enclos.

2016

Un changement majeur dans l’histoire du zoo, puisque Le Domaine des Fauves est racheté par Jacques-Olivier Travers (propriétaire et directeur du Parc animalier Les Aigles du Léman
en Haute-Savoie).

Durant l’année, le fameux Territoire des Loups est inauguré, un espace unique où les visiteurs ont le privilège d’entrer sur le territoire de ce prédateur mythique ! De nouvelles espèces méconnues sont accueillies : chat de Geoffroy, Tayra, Buse royale.

Enfin, 2016 sera marquée par un beau carnet rose avec la naissance de nombreux félins et rapaces, ainsi que de 5 Loups du Canada et 4 rares Lycaons ce qui est exceptionnel !

2017

La rénovation de l’enclos des Lions est concrétisé.

Le territoire du « Roi des animaux » bénéficie alors des dernières techniques de la zoologie: une présentation au même niveau que les visiteurs derrière de grandes baies vitrées de 350kg chacune, et prés de 100 tonnes de rochers sont présents.

Avec ces installations Le Domaine des Fauves propose une expérience saisissante : se retrouver à quelques centimètres d’un des prédateurs les plus dangereux de la planète.

La mini-ferme « Graines de Fermiers » ouvre ses porte et accueille ses animaux (lapins, moutons, cochons d’Inde, poules) et ses jeux sensoriels.

L’enclos des Guépards est prêt et attend ses nouvelles recrues. Evènement important dans l’enrichissement de la collection de prédateurs du zoo. Les hyènes tachetées ont intégré leur nouvel enclos avec succès.

2017 est une année marquante d’évolution tant dans la réalisation de travaux considérables concernant la transformation et rénovation d’enclos, que la réalisation d’infrastructures pour le confort de nos visiteurs : ouverture d’un restaurant self-service, agrandissement et nouvel agencement de la boutique.

Certains endroits du parc nécessitent encore des rénovations, pour être en adéquation avec notre volonté de modernisation : tout en poursuivant l’élan impulsé il y a des années, l’objectif de la direction du zoo est d’atteindre un objectif de rénovation globale dans 5 ans.

Lion allongé sur des rochers.
Le nouvel enclos des Lions
Entrée du zoo.
Nouvelle entrée du zoo et Restaurant « Félins pour l’autre »
Portrait d'un kookaburra appelé aussi martin-chasseur géant.
Le martin-chasseur géant appelé aussi Kookaburra

2018 : Le Domaine des Fauves a 50 ans !

50 années après, le parc accueille plus de 70 000 visiteurs par an et change de dimension…Sa volonté est toujours la même: préserver et sauvegarder grâce à la connaissance!

Son positionnement et son axe de communication est le suivant : Le Zoo au plus près des prédateurs !

La nouvelle saison voit : un spectacle unique «Prédateurs des Cieux» avec des oiseaux – Cigogne, chouette, kookaburra, corbeau et l’inauguration d’un Lodge insolite dans le parc et aux côtés des… loups !

Le Domaine des Fauves souhaite faire vivre une expérience unique au Public, en favorisant le sentiment d’une toujours plus grande proximité avec les prédateurs : Observer au plus prés les lions, admirer les oiseaux carnassiers, manger face aux jaguars, dormir avec les loups….

Ces innovations sont inscrites dans une démarche encore plus participative et interactive, pour assurer toujours mieux notre rôle d’éducation par le divertissement.

Ce 50ème anniversaire, c’est avec le PUBLIC que Le Domaine des Fauves souhaite le célébrer…

2019 – 2020​

Dés 2019, le parc possède désormais 2 Lodges situé face aux loups de Macenzie : le lodge Yellowstone et le lodge Grand Nord.

Ces Lodges sont Idéalement positionnés, une occasion de s’immerger dans le quotidien de ces animaux fascinants jour et nuit. A voir et à entendre !

  • Arrivée d’un couple de panthère noire.
  • Extension du snack « Le Bivouac » avec sa toute nouvelle salle couverte climatisée l’été et chauffée en automne, devant l’enclos de notre hyène.
  • Nouveauté 2020 : « La cité des suricates », la sentinelle du désert.
Portrait d' un caracara des montagnes. Son plamage est noir et la base de son bec est jaune-orange. Son bec est gris bleuté.

2021 : réalisation de « La Tour des Vautours »​


Prendre le temps d’observer !

Un îlot regroupant différents oiseaux : vautours, milans, caracaras … etc. Un lieu d’observation pour nos visiteurs et un lieu d’étude pour nous, professionnel du parc, sur le comportement de ces individus dont l’objectif est la reproduction dans un milieu protégé et, assurer, ainsi, la perpétuation de ces espèces.

Nos valeurs : Prendre le temps de respecter le monde animal pour en maintenir son existence.

S’arrêter, observer, contempler un mode de vie, des comportements dans un environnement adapté et authentique. Le bois est la matière utilisée par excellence comme élément principal dans l’esprit nature qui règne dans notre nouvelle structure mais aussi un bassin, des perchoirs et un lieu dédié à la reproduction. Penser volière c’est avant tout s’approcher au plus près des normes de vie de nos oiseaux.

Et pourquoi pas : DEVENIR oiseaux !

2022 : Nous débutons l'année 2022 avec pleins de nouveautés !

  • Arrivée fin janvier d’une femelle chat forestier venu du parc de Pescheray. Elle s’appelle Kissa, est née en juillet 2021. C’est le seul chat sauvage qui vit sur le territoire français. Cette espèce est peu connue en parc zoologique.
  • Un nouveau bâtiment animalier avec des matériaux respectant l’écologie : Isolation en fibre de bois, compressé et ouate de cellulose. Fait par un architecte qualifié en développement durable. La priorité étant le soin et le bien-être de nos animaux, l’objectif est d’avoir des conditions optimisées pour nos soigneurs animaliers pour s’occuper de leurs animaux.
  • Pour nos visiteurs: des nouveaux WC plus adaptés et plus confortables ainsi qu’une pièce séparée dédiée aux changes des bébés. 
  • Des nouveaux jeux pour les enfants de 2-6 ans et de 5-12 ans adaptés aux normes en vigueur pour leur sécurité : toboggan, mur d’escalade, super voiture safari !

  • Création de panneaux pédagogiques pour notre public pour apprendre à connaître les animaux et à les protéger.

  • Refonte de notre site internet :  nouveau design, plus dynamique, plus interactif avec la possibilité de réserver ses entrées en ligne. En collaboration avec la société Komix.

Conservation

Chaque parc participe à sa manière et avec ses moyens à des programmes de conservation.

Il existe deux programmes de conservation en Europe auxquels nous participons : l’EEP et l’ESB

EEP ( programmes européens pour les espèces en danger )

Ils ont pour but d’initier, de surveiller et de donner des conseils pour favoriser l’élevage d’une espèce menacée (ou dite en péril) en lui conservant ses caractéristiques naturelles, avec pour finalité une éventuelle réintroduction dans la nature ou un renforcement de la population sauvage par l’adjonction de spécimens élevés en parcs zoologiques.
Un EEP suit tous les animaux présents d’une espèce dans les zoos européens, et pour ce faire, un coordinateur d’espèce est en charge de recenser tous les individus et de créer un registre contenant l’arbre généalogique de chaque animal, ainsi que toute information complémentaire nécessaire à la gestion et à la reproduction de l’espèce. Le coordinateur procède également à des analyses génétiques et démographiques et rédige également des recommandations d’élevage.

Des recommandations sont émises chaque année par lesquelles des animaux devront se reproduire et d’autres ne le pourront pas, des individus devront être transférés d’un jardin zoologique à un autre en prêts d’élevage, etc. Afin d’éviter les problèmes de consanguinité, les zoos procèdent à des échanges d’individus, empêchent la reproduction de certains animaux trop consanguins, ou améliorent celle d’une population donnée. De même, afin de conserver des lignées dites pures, en prévision d’une réintroduction dans le milieu naturel, les zoos stérilisent les animaux qui ne sont pas de race pure.

Nos espèces en EEP

  • Margay (Leopardus wiedii)
  • Chat pêcheur ou chat viverrin (Prionailurus viverrinus)
  • Chiens des buissons
  • Chat de geoffroy

ESB ( European StudBook

C’est un studbook européen qui constitue un deuxième niveau de programme européen d’élevage pour les espèces menacées. Le gardien de studbook, qui est responsable d’un ESB pour une certaine espèce, collecte toutes les données sur les naissances, les morts et les transferts auprès de tous les zoos de l’EAZA qui gardent l’espèce en question. Ces données sont introduites dans des programmes informatiques spécifiques qui permettent au gardien de studbook d’effectuer des analyses de la population de l’espèce. Les zoos appartenant à l’EAZA peuvent demander au gardien de studbook des recommandations pour la reproduction et les transferts des animaux de l’espèce placée dans ce studbook.

En collectant et en analysant toutes les informations relatives à l’espèce, dont il est responsable, le gardien de studbook peut juger si tout va bien dans les zoos européens pour l’espèce concernée, ou si un management plus rigide est nécessaire pour maintenir la population en bonne santé sur le long terme. Dans ce cas, le gardien de studbook peut proposer que l’espèce soit gérée comme un programme EEP.

Nos espèces en ESB

  • Hyène tachetée (Crocuta crocuta)
  • Jaguarondi (Puma yagouaroundi)
  • Chat rubigineux